Ergothérapie et théâtre : accompagner le patient phobique social vers le processus de résilience

BOUDET Alexandra

IFPEK

Institut de formation en ergothérapie de Rennes

UE 6.5 S6

Evaluation de la pratique professionnelle et recherche

Sous la direction de Monsieur GUIHARD Jean-Philippe

BOUDET Alexandra

Mai 2014

Mis en ligne le vendredi 18 juillet 2014 à 16h26, par Jean-Philippe Guihard

Introduction :

En 1946, l’organisation mondiale de la santé (OMS) définit le terme santé. Soixante-et-un pays s’accordent alors pour dire que la santé est « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». En 1986, il est mentionné dans la charte d’Ottawa que, « la santé constitue la mesure dans laquelle un individu ou un groupe est apte à réaliser ses aspirations et à satisfaire ses besoins et d’autre part à s’adapter à son environnement et à le modifier ». A partir de là, un problème de santé n’est plus seulement la présence d’une pathologie. Celui-ci implique entre autres l’impossibilité de ressentir un complet bien-être, et de satisfaire ses besoins. Dans le cas de la phobie sociale, en société, la personne concernée par cette pathologie est fréquemment amenée à ressentir un mal-être. Dans ce type de situation, elle n’est plus tout à fait apte à réaliser ses aspirations, ni à s’adapter à son environnement. Lorsque la pathologie est diagnostiquée, l’objectif principal tend à éprouver un sentiment de bien-être en société, pour côtoyer ainsi un état de santé. Pour cela, l’équipe soignante accompagne le patient dans l’objectif que celui-ci retrouve les capacités de s’adapter à son environnement, qu’il satisfasse ses besoins.

Au sein de l’équipe interdisciplinaire et sur prescription médicale, l’ergothérapeute est alors amené à accompagner la personne vers de tels objectifs. Il recèle en effet de compétences pouvant être mise au service de cette dernière. Lors des séances d’ergothérapie, profession qui base sa pratique sur l’idée qu’agir et être en bonne santé sont interdépendants, diverses activités vont pouvoir être exploitées afin de progresser vers les objectifs fixés. Parmi elles, le théâtre peut-il en faire partie ? L’étude fait alors état de la réflexion menée autour de l’intérêt d’un accompagnement ergothérapique lors d’une activité théâtrale, auprès d’une personne phobique sociale, afin de contribuer au développement du processus de résilience.

La démarche de recherche se constitue de différents éléments. Elle est initiée par l’exposé de l’émergence du sujet. S’ensuit la partie théorique développant les notions et concepts auxquels se réfère le sujet. Le mémoire se base ensuite sur une méthodologie de recherche couplée à l’analyse des différentes données recueillies. Il aboutit enfin à la mise en exergue des éléments principaux de la démarche de recherche, des résultats, des réflexions et questionnements en cascade qui en émanent.

SPIP | À propos de ce site | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

1996 - 2017