Le modèle kawa : Application en Soins Palliatifs

PRUVOT Charlotte

HAUTE ECOLE LEONARD DE VINCI

Institut d’Enseignement Supérieur

“Parnasse Deux Alice”

Avenue E. Mounier 84

1200 BRUXELLES

Département Ergothérapie.

Année académique 2010-2011

Mis en ligne le samedi 12 janvier 2013 à 19h43, par Jean-Philippe Guihard

Aujourd’hui, la médecine permet la rémission, c’est-à-dire vivre plusieurs années avec une maladie cancéreuse sans qu’elle n’évolue, mais aussi la guérison de certains cancers, tout en conservant une bonne qualité de vie. Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de guérir toutes les formes de cancers. Les recherches avancent mais la plupart des issues restent fatales. Dans le cadre de ce travail de fin d’études, j’ai décidé de m’intéresser à ce domaine si particulier, et peu développé à l’heure actuelle par rapport à notre profession : l’oncologie et les soins palliatifs.

En effet, durant mes études d’ergothérapie, j’ai effectué un premier stage, de deux jours, en oncologie à l’institut Jules Bordet de Bruxelles. Cette petite expérience a éveillé en moi un certain intérêt, et une volonté de découvrir davantage cette spécialité. C’est ainsi qu’en reprenant contact pour mon stage de 3e année, la porte des soins palliatifs s’est ouverte. Quels sont nos rôles et nos actions ? Quelles sont les attitudes à adopter ? Quelles sont mes limites ? Voici les trois questions qui ont contribué à ce que j’accepte de réaliser un stage au centre Papyrus, du CHU Brugmann à Bruxelles.

Le modèle KAWA, sujet récent et en pleine expansion aux quatre coins du monde, m’a été proposé par l’ergothérapeute de ce service, Me Surekha GEDOELST, dès notre première entrevue. Son explication et son contexte étaient, pour moi, « clairs comme de l’eau de roche », et correspondaient à ma vision de l’ergothérapie. Ce travail est donc la suite de celui qu’a réalisé Me GEDOELST dans le cadre d’un Certificat de Gestion de la Qualité en Ergothérapie : « Mise en évidence d’un modèle permettant au patient en soins palliatifs de pouvoir exprimer ses attentes et ses besoins ». Une première question se pose : peut-on appliquer le modèle Kawa dans un service de soins palliatifs en Belgique ? Il est à signaler qu’il s’agira d’une expérience jamais tentée auparavant. C’est au cours de mon stage de huit semaines, se déroulant sur la période de novembre et décembre 2010, que nous avons essayé de répondre à la question et tenté l’expérience.

Pour répondre à la question de départ, nous développerons, dans un premier temps, deux grandes parties théoriques sur le modèle KAWA d’abord, et ensuite, sur les Soins Palliatifs. Nous traiterons ensuite le rôle spécifique de l’ergothérapeute dans un service de soins palliatifs en Belgique. Puis, nous arriverons à une partie ayant pour objet la comparaison entre le Modèle Canadien du Rendement Occupationnel et de Participation, modèle le plus couramment utilisé en Soins Palliatifs jusqu’à ce jour en Belgique, et le modèle KAWA de Michael K. IWAMA. Une illustration pratique sera également développée, pour aboutir à une réflexion et à une conclusion du sujet.

À travers ce travail, je voudrai montrer l’importance de la place de l’ergothérapeute dans une équipe interdisciplinaire en soins palliatifs, mais également participer à l’évolution et à la promotion du modèle KAWA. En effet, il existe encore peu de littérature et peu de traduction en français sur ce sujet.

SPIP | À propos de ce site | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

1996 - 2017