L’universitarisation de la formation des paramedicaux : Quels impacts possibles sur les pratiques professionnelles ? Quels enjeux pour un organisme de formation continue ?

DUFUMIER – JEAY Florence

Université de Rouen, UFR de Psychologie, Sociologie et Sciences de l’Education

Département Sciences de l’Education

Master Ingénierie et Conseil en Formation

Responsable de site : Maelise LANGUMIER

Florence DUFUMIER – JEAY

Sous la direction de Jean-Pierre ASTOLFI

Mis en ligne le lundi 3 octobre 2005 à 17h13

Résumé :

Il n’existe pas en France de filières de formation universitaire propres à l’ergothérapie, peu d’ergothérapeutes français enseignants universitaires (ayant au minimum un niveau master) et encore moins d’ouvrages de référence français propres à la pratique de l’ergothérapie.

L’universitarisation de cette formation professionnelle, actuellement à l’étude, créera un besoin d’enseignants de niveau master ou doctorat dotés d’une pratique professionnelle en ergothérapie suffisante pour pouvoir appuyer la théorie sur l’analyse de la pratique.

Deux axes de travail ont été choisi pour étudier, d’une part, les effets d’une formation universitaire de troisième cycle sur la pratique professionnelle des paramédicaux et, d’autre part, les enjeux de l’universitarisation de la formation professionnelle pour un organisme de formation :

- une étude qualitative et quantitative réalisée auprès de soixante paramédicaux et deux supérieurs hiérarchiques mesurant l’impact d’un DESS ou DEA sur la pratique professionnelle. Cette étude montre que la formation professionnelle par la recherche développe des savoirs, des savoir-faire, et des savoir-être permettant à la posture scientifique et la posture pratique de se rencontrer dans un processus de professionnalisation qui tel une autoformation ne devrait cesser qu’en fin de carrière, comme le suggère la loi relative à la formation professionnelle tout au long de la vie. Les compétences que les professionnels ont pu aisément réinvestir ne sont pas des savoir- faire techniques mais des attitudes intellectuelles, elles ont effectivement été réinvesties parce que les étudiants étaient régulièrement amenés à faire des ponts entre le domaine d’apprentissage et le domaine d’exercice et parce que l’élaboration du mémoire les obligeait à se mettre dans une posture mentale de projet et d’argumentation qui permet aux connaissances acquises de fonctionner comme outils cognitifs.

- L’élaboration d’un guide de préconisations destiné à l’organisme de formation continue de l’Association Nationale Française des Ergothérapeutes, afin qu’il s’engage dans ce processus d’universitarisation de la formation professionnelle des ergothérapeutes.

Ce travail souligne la nécessité d’une professionnalisation des organismes et instituts de formation et de leur collaboration avec des IUP pour faire évoluer les dispositifs de formation des professionnels paramédicaux dans l’optique d’une formation tout au long de la vie, capitalisable et reconnue internationalement.

SPIP | À propos de ce site | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

1996 - 2017