De la précarité comme invitation au changement.

IEHLE Évelyne

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTÉ LYON-BRON

CH. LE VINATIER

Mis en ligne le lundi 9 septembre 2002 à 16h32, par Jean-Philippe Guihard

Prologue :

Chemin faisant

Ce travail de fin d’études adopte la forme d’une recherche exploratoire, dans une approche respectueuse d’un terrain fragile : celui de la précarité.

J’ai plusieurs fois remis en cause la porte d’accès, renonçant au fur et à mesure à des certitudes ou des hypothèses à courte vue, pour accepter en fin de compte d’enrichir cette représentation du monde par les informations remontées du terrain. J’avais pourtant un début d’hypothèse, flairant une entrée possible par la question cruciale de l’identité, et en ce sens cette recherche aurait pu se construire comme hypothético-inductive. Mais au cours de ce travail, la question de l’identité a été replacée comme une simple notion dans un ensemble conceptuel plus fourni.

Peut-être suis-je tout simplement partie en " field researcher " , cherchant à intégrer les paramètres d’un problème dont la complexité interroge plusieurs champs sociaux. Le référentiel théorique n’a pas été construit avant de partir enquêter, mais il s’est élaboré à partir des rencontres et des entretiens. C’est pourquoi un va et vient se maintiendra tout au long du document, entre les apprentissages permis par l’enquête de terrain, et les notions plus générales apportées par la lecture.

Par l’effet d’une boucle de rétroaction positive, la carte tracée par les acteurs rencontrés sur le chemin, me rend aujourd’hui auteur de cette action, dont le premier pas est maintenant de rendre compte du difficile "travail de la pensée" (H. Arendt).

SPIP | À propos de ce site | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

1996 - 2017